top of page
Rechercher

Le fibrome utérin

Dernière mise à jour : 19 juin 2023

Commençons par la base, mais qu'est-ce qu'un fibrome utérin ?

Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes constituées de tissu musculaire très dure et dense à divers endroits sur et dans l'utérus. Ils varient de la grosseur d'une petite bille à celle d'un pamplemousse. La plupart du temps, ils sont issus de mutations génétiques (50 % des cas) ou d'une croissance exagérée de cellules au niveau de la fibre utérine.

Il faut savoir que les hormones féminines, soit l'œstrogène et la progestérone, favorisent le développement des fibromes.


Est-ce qu'il y a plusieurs types de fibrome ?

Les fibromes sont catégorisés selon leur emplacement au niveau de l'utérus. La majorité sont de type sous-muqueux (55%) ou intramuraux (40%).

Exemple de fibromes.
Type de fibromes.


Comment savoir si j'ai un fibrome ?

En général, ils sont associés à des symptômes tels :

Règles abondantes

Règles douloureuses

Règles prolongées

Douleur/crampes au ventre

Fatigue

Saignement en dehors des menstruations.

Envie d'uriner fréquente

Douleur au dos

Douleur/gênes pendant les rapports sexuels

Infertilité

Sensation de pression dans le bas ventre

Gonflement du ventre

Hémorragie pendant l'accouchement

Mal positionnement du bébé

Constipation

Je vous recommande fortement d'utiliser le score de Higham si vous soupçonnez avoir des règles abondantes.


Les symptômes n'ont pas seulement un impact physique, il en découle des conséquences négatives sur la vie sexuelle, le rendement professionnel et les relations avec les amis et la famille.


Mais qu'est-ce qui cause les fibromes ?


Il n'y a pas de causes exactes, mais nous pouvons observer plusieurs facteurs de risque.


  • Pas de grossesse à terme.

  • Prédisposition familiale (génétique).

  • Origine africaine.

  • Contexte hormonal (hormonothérapie).

  • Alimentation : café, alcool et viande rouge.

  • Premières règles avant l'âge de 10 ans.

  • L'usage de produits nocifs ou de perturbateurs endocriniens

Les hormones ne causent pas les fibromes mais peuvent les alimenter et donc les faire grossir plus rapidement. À l'inverse, les fibromes ont tendance à diminuer de volume après la ménopause.


Comment peut-on savoir si vous avez un ou des fibromes ?


Votre professionnel de la santé peut procéder à un examen physique en palpant le bas de votre ventre pour sentir la présence de fibromes. Habituellement, vous aurez à passer un bilan sanguin et une échographie pelvienne pour le diagnostic. Sachez qu'il peut arriver que l’échographie ne suffise pas et que l’on recommande d’autres examens d’imagerie tels qu’une IRM, une hystéroéchographie ou une hystéroscopie.


Est-ce qu'il y a des traitements ?


Et oui, plusieurs même!

Les fibromes se traitent sur une base individuelle en fonction des symptômes, de la taille et de l’emplacement des fibromes, de l’âge et du souhait de préserver ou non la fertilité.

Si vos fibromes sont de petites tailles, on pourrait vous recommander de traiter les symptômes que vous éprouvez plutôt que les fibromes directement.

  • La méthode de contraception à faible dose de progestatif seul afin d’aider à réduire les saignements menstruels. La méthode proposée pourrait prendre la forme de contraceptifs oraux ou d’un dispositif intra-utérin (stérilet).

  • L’acide tranexamique est un traitement oral non hormonal que l’on peut prescrire pour diminuer les saignements abondants.

  • Un modulateur sélectif des récepteurs de la progestérone offert sur le marché canadien agit de façon à bloquer la progestérone, ce qui réduit efficacement la taille des fibromes et les symptômes qui en découlent. On l’utilise parfois avant une intervention chirurgicale ou comme solution de rechange.

  • Un agoniste de la GnRH, les fibromes peuvent subir une réduction allant jusqu’à 50 % de leur volume dans les 3 premiers mois de traitement. Toutefois, les effets secondaires indésirables de ce type de médicament ont tendance à ressembler aux symptômes possibles de la ménopause, dont l'arrêt des menstruations.

  • Le danazol est semblable à la testostérone et fait diminuer le taux d’œstrogène. La prise de ce médicament est associée à une réduction de la taille des fibromes allant de 20 à 25 %. Bien que cette réduction soit minime, celle-ci pourrait permettre de diminuer les saignements menstruels abondants liés aux fibromes. Toutefois, il peut entraîner un gain de poids et de l’acné.

  • L’embolisation de l'artère utérine peut être très efficace pour traiter les symptômes de saignement, mais il est moins efficace contre les symptômes liés à un utérus de très grande taille en raison de fibromes. Ce traitement cause de la douleur dans les jours suivant l’intervention et il n’est pas efficace chez toutes les patientes.

  • Les ultrasons à haute intensité guidés par IRM est un traitement récent offert dans certains centres. L’énergie des ultrasons est utilisée pour perturber le fibrome utérin.

  • La cryothérapie, brûlement par le froid. La plupart du temps, l'azote liquide est utilisé.

  • L’hystéroscopie est une intervention chirurgicale mineure, aucune incision n’est faite au ventre. Un tube mince est inséré dans le vagin jusque dans l'utérus. À l’aide d’une petite caméra, on localise le fibrome, lequel est retiré de façon sécuritaire. Après cette intervention, la plupart des femmes obtiennent leur congé la journée même et retournent rapidement à leurs activités normales.

  • L’hystérectomie constitue un traitement efficace et permanent des fibromes sauf si la femme à l'intention d'avoir des enfants. Dans les cas où les fibromes ne causent aucun symptôme, elle n’est pas recommandée. Cette chirurgie s’effectue par une incision abdominale, c'est-à-dire par laparoscopie, ou par voie vaginale.

  • La myomectomie est une chirurgie par laparoscopique où l’on retire les fibromes. Il s’agit d’un traitement efficace des saignements utérins anormaux causés par les fibromes. La myomectomie constitue une solution de rechange à l’hystérectomie pour les femmes qui souhaitent conserver leur utérus. Cette intervention est associée à un risque plus élevé de pertes sanguines et nécessite plus de temps de chirurgie que l’hystérectomie, mais elle présente un risque moins élevé de traumatisme aux uretères. Sachez qu'il y a un risque de récidive de fibromes de 15%. Parfois, on effectue également une ablation de l’endomètre, qui signifie que l’on désintègre la couche interne de la cavité utérine.


Il faut savoir qu'il est fréquent que la détection de fibromes soit imprévue, lors d'examen de routine et qu'ils ne provoquent pas de symptômes chez la femme. Par contre, d'autres peuvent avoir toute une panoplie de symptômes.


Quelques approches complémentaires

Physiothérapie

Acupuncture

Ostéopathe

Herboriste

Coaching en santé et bien-être

Sexologie

Yoga et yogathérapie



Pour les femmes qui ont des symptômes, le traitement des fibromes s'est nettement amélioré au cours des dernières années. Avant, il était courant de retirer l’utérus et parfois les ovaires (hystérectomie) des femmes atteintes de fibromes. Aujourd’hui, d’autres options s’offrent à elles. Considérant que les femmes représentent environs 50% de la population mondiale et pourtant les recherches sont majoritairement faites sur des hommes. Nous pouvons espérer que les mentalités et axes de recherches changent afin d'établir des solutions et des traitements pour la gent féminine.


Stéfany Larocque

Infirmière

Clinique Au Centre d'Elle


Références:

Endométriose et fibrome utérin: De la souffrance àl'action. TRÉCARRÉ, PAR AÏSSATOU SIDIBÉ ET MARIE-JOSÉE THIBERT.

10 vues0 commentaire

Comments


bottom of page